FDFA

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Le scandale Matzneff

  • claire desaint
  • 29 décembre 2019

FDFA s’associe à celles et ceux qui dénoncent le scandale Matzneff.

La parution du livre « Le Consentement » de  Vanessa Springora qui paraitra le 2 janvier, se confie sur cette liaison alors qu’elle a eue à 14 ans avec un homme de 50 ans.  Elle y dénonce l’emprise et la stratégie de ce prédateur. Elle cherche à nous aider à comprendre les mécanismes de prédation des pédocriminels, et à les combattre, notamment dans les milieux qui semblent enclins à les couvrir.

La réaction de Bernard Pivot, qui animait le plateau d’Apostrophes en 1990 où le pédocriminel se racontait sans complexes, est, comme souvent, très en deçà de ce que l’on attendait. Il justifie par la littérature sa complaisance envers cet homme. Seule Denise Bombardier, présente sur le plateau d’Apostrophes, s’est alors indignée .

Les réactions à cette affaire sont aujourd’hui nombreuses de la part des féministes :  :

Voici le passage du livre de Florence Montreynaud sur Zéromacho, dans le chapitre sur la prostitution des enfants

« Quant au pays d’André Gide, célèbre écrivain qui dans les années 1930 allait au Maroc se payer de jeunes garçons, la prise de conscience du caractère abject de ces pratiques y a été tardive. Il a fallu une étrangère, la Québécoise Denise Bombardier, pour briser le silence qui protégeait un homme connu, Gabriel Matzneff.  En direct à la Télévision

Tous deux étaient invités par Bernard Pivot, le 2 mars 1990, dans sa prestigieuse émission littéraire. Gabriel Matzneff, qui proclamait son goût pour les « moins de seize ans » depuis son essai portant ce titre (1974), venait de publier chez Gallimard un nouveau tome de son Journal, couvrant la période 1983-1984. Il décrivait ses agissements, à Paris, avec des jeunes filles de 14 ans qu’il déflorait ; à Manille, avec des garçons de 10 à 13 ans qu’il payait. Ni l’animateur, ni aucun des invités n’avaient eu le mauvais goût de regimber, avant qu’intervienne Denise Bombardier.

« Je vis actuellement sur une autre planète », s’étonne-t-elle, « j’arrive d’un continent où il y a un certain nombre de choses auxquelles on croit… », puis elle ose lancer : « Si Monsieur Matzneff était plutôt un employé anonyme, de n’importe quelle société, je crois qu’il aurait des comptes à rendre avec la justice de ce pays. »

L’impunité des prostitueurs d’enfants

Si ce scandale fait date, c’est plus à cause de l’apologie par Gabriel Matzneff de son dangereux « amour des enfants » que pour ses actes de prostitueur aux Philippines, car ceux-ci ne sont pas encore répréhensibles. Néanmoins, les mentalités commencent à changer : en 1994, est votée la loi permettant de poursuivre des Français ayant eu des rapports sexuels à l’étranger avec des enfants de moins de 15 ans ; le premier procès a lieu en 1997. »

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site a été réalisé avec le financement du Conseil régional d'Ile de France et de la Fondation MAAF Assurances logo ile de france Logo FondationMAAF