Femmes pour le Dire,
Femmes pour Agir

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir,

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Adhérez ! Faire un don

Recommandation du Comité Cedaw sur la traite et l’exploitation sexuelle

Le 11 novembre 2020, le comité CEDAW a publié une recommandation (38) au sujet de l’article 6 qui porte sur la prostitution. 

Cette recommandation ne parle PLUS  de “travail du sexe” et parle de lutte qui implique de décourager la demande. Bref, c’est une grande victoire face aux forces pro-prostitution
On constate combien la mobilisation du réseau abolitionniste international a pu jouer et porter ses fruits. FDFA avait envoyé une contribution en ce sens au Comité Cedaw, ainsi quavec le CLEF dont elle est membre.

Voir le texte traduit en français de la Recommandation 38 du Comité Cedef

Voici la traduction de la déclaration du Comité CEDAW  traduite en français

Un comité des Nations unies appelle à la répression de la traite des femmes et des filles à l’ère numérique

GENÈVE (11 novembre 2020) – Le comité des droits de la femme des Nations unies a appelé aujourd’hui les gouvernements à poursuivre tous les moyens appropriés pour éliminer la traite des femmes et des filles, soulignant l’utilisation croissante des médias sociaux pour recruter les victimes de la traite pendant la pandémie COVID-19.

 Dans sa recommandation générale publiée aujourd’hui, le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a constaté que les femmes et les filles continuent d’être les principales victimes de la traite dans le monde, malgré les cadres juridiques et politiques de lutte contre la traite existant aux niveaux national et international.

Le Comité a souligné que les réalités de la traite des femmes et des filles s’étendent désormais bien au-delà du monde hors ligne, soulignant les tendances récentes de la traite dans le cyberespace. Le développement des médias sociaux et des applications de chat pour accéder facilement aux victimes potentielles lorsque les trafiquants ne peuvent pas utiliser des moyens plus traditionnels pour recruter des femmes et des filles à des fins d’exploitation sexuelle pendant les périodes de fermeture de COVID-19 est alarmant, a déclaré le Comité.

“La pandémie mondiale a révélé le besoin urgent de s’attaquer à l’utilisation de la technologie numérique dans et contre la traite”, a déclaré Dalia Leinarte, membre de la commission qui a dirigé la rédaction de la recommandation générale.

Le CEDAW a appelé les entreprises de médias sociaux et de messagerie à mettre en place des contrôles pertinents pour atténuer le risque d’exposer les femmes et les filles à la traite et à l’exploitation sexuelle. Il a également demandé à ces entreprises d’utiliser leurs données importantes pour identifier les trafiquants et les parties impliquées du côté de la demande.

“La lutte contre la traite des êtres humains implique également de décourager la demande”, a souligné M. Leinarte.

 Les experts ont exhorté les gouvernements à s’attaquer aux causes profondes qui poussent les femmes et les filles dans des situations de vulnérabilité. Ces problèmes fondamentaux résident dans la discrimination fondée sur le sexe, notamment les injustices socio-économiques dans les pays d’origine, les politiques migratoires et les systèmes d’asile sexistes dans les pays étrangers, ainsi que les conflits et les urgences humanitaires.

“La traite est un crime sexiste, étroitement lié à l’exploitation sexuelle”, a déclaré Mme Leinarte, ajoutant que “les États parties doivent créer des conditions appropriées pour garantir que les femmes et les filles soient à l’abri du danger de la traite”.

Le Comité a demandé que les politiques publiques assurent l’autonomie des femmes et l’égalité d’accès à l’éducation et aux opportunités d’emploi. Il a également demandé instamment la mise en place d’un cadre de migration sûre tenant compte des spécificités des hommes et des femmes afin de protéger les femmes et les filles migrantes. Le Comité a souligné l’importance de systèmes complets de protection et d’assistance pour aider les femmes et les filles déplacées dans les conflits et les situations d’urgence.

“La lutte contre la traite des femmes et des filles dans le contexte des migrations mondiales nécessite l’engagement du cadre de protection plus large découlant du droit international humanitaire, du droit des réfugiés, du droit pénal, du droit du travail et du droit international privé”, a souligné le Comité dans sa recommandation générale.

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plan du site
Haut de page