Femmes pour le Dire,
Femmes pour Agir

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir,

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Adhérez ! Faire un don

HIJAB Day à Sciences PO : les féministes disent non

Ce mardi 19 avril était organisé à Sciences-Po Paris un «Hijab day», à l’initiative de quelques étudiant.e.s. Le principe : proposer à toutes les élèves de se couvrir les cheveux d’un foulard le temps d’une journée afin de «démystifier le tissu» et de mieux comprendre les femmes voilées.

Cette initiative est très controversée. Nombre d’étudiant.e.s crient au prosélytisme, et dénoncent un acte politique qui ne dit pas son nom.

Les féministes s’insurgent de cette banalisation du voile, traitée en gadget alors que des millions de femmes dans la monde sont contraintes de se voiler, on inverse le propos en faisant croire que c’est de la liberté de se voiler. On fait passer les personnes contraintes comme des personnes libres, les femmes voilées comme des victimes de l’intolérance.

Les personnes qui s’opposent au voile sont de plus en plus assimilées à des islamophobes ou liberticides.

Alors qu’il s’agit d’un sujet politique, symbole de la domination patriarcale sur les femmes, de leur mise en infériorité, de leur exclusion de l’espace public .

De nombreux articles, parmi lesquels :

* Un très bon article des Vigilantes avec cette interrogation extraite de l’un d’eux: 

Alors, comment se fait-il que ce soit les femmes qui endossent le symbole de la domination masculine et religieuse qui passent pour des victimes et non celles qui tentent de s’en affranchir ?”

* Article de Libération

* Article de Lalia DUCOS, militante feministe
France : ’Hidjab day’ à Sciences Politiques –  “Au nom de toutes les Algériennes assassinées pour avoir refusé le diktat vestimentaire”

“Il est inacceptable de discriminer les femmes voilées mais à confondre religion et culture, à considérer les femmes voilées comme seules « représentantes » de l’islam on risque la discrimination envers la majorité des musulmanes qui ne se voilent pas et luttent pour une séparation du religieux et du politique, c’est-à dire la laïcité, et pour l’universalité des droits.”
* Un  projet de film juste à l’opposé de ce qui s’est passé à Sciences Po car il s’agit de montrer l’enfermement que produit le voile : Néda. L’art au service du politique.

 

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plan du site
Haut de page