Femmes pour le Dire,
Femmes pour Agir

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir,

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Adhérez ! Faire un don

Défenestrée et paraplégique mais aussi fautive !

Dans la Sarthe, en 2013, une jeune femme a été défenestrée par son compagnon et est devenue paraplégique à la suite de sa chute. Mais, elle est considérée comme partiellement fautive et donc son indemnisation est réduite. Préalablement, elle avait fait intervenir la police et était partie de chez elle.

Mais n’ayant pas  de véhicule et n’ayant pas trouvé de solution à une heure avancée, elle était restée dormir chez son compagnon de l’époque, qui s’en est violemment pris à elle après le départ des policiers.

L’homme a été condamné en 2015 à 15 ans de prison et, dans son arrêt civil de juin 2016, la cour d’assises a fixé la provision pour l’indemnisation de la victime à 90 000 euros. Mais la Commission d’indemnisation des victimes juge qu’en restant à son domicile, elle était partiellement responsable et refuse de l’indemniser complètement. En février 2018, le Fonds de garantie des victimes, le FGTI, retient également le partage des responsabilités et propose de ne verser que 67 500 euros.

Nous nous indignons qu’une victime soit rendue responsable des violences subies !

Il vaudrait mieux s’occuper de l’absence de lieux d’hébergement d’urgence.

Pourquoi ne serait-ce pas le compagnon qui aurait dû partir plutôt que la victime des coups ?

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes s’indigne « C’est profondément choquant et incompréhensible ! Une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit. J’interviendrai personnellement pour que réparation soit faite. »

 

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plan du site
Haut de page