FDFA

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Risque inédit d’abrogation de la pénalisation d’achat d’actes sexuels par QPC

  • claire desaint
  • 15 décembre 2018

Une requête pour question prioritaire de constitutionnalité a été examinée au Conseil d’Etat. Portée par Médecins du Monde, le Strass, Acceptess, Thierry Schaffauser, Giovanna Roncon, représentés par Me Spinosi,, elle vise à contester la constitutionnalité de l’interdiction d’achat d’actes sexuels.

La rapporteure publique au Conseil d’Etat a donné raison aux porteurs de cette requête en proposant au Conseil d’Etat le renvoi de la QPC devant le Conseil constitutionnel. Si elle est suivie, le Conseil constitutionnel devra se prononcer sur le fait de savoir si l’article 20 de la loi d’avril 2016 porte atteinte aux principes constitutionnels de « liberté d’entreprendre » (!) et de « proportionnalité des peines ».

FDFA s’oppose donc à la demande de dépénalisation de la question prioritaire de constitutionnalité remise au Conseil constitutionnel.pancarte n'abrogez pas

L’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir lutte contre la marchandisation des corps et la mise à disposition du corps des femmes (la majorité des personne prostituées) et des hommes pour satisfaire les « besoins soi-disant irrépressibles » des hommes.

La raison avancée d’atteinte à la « liberté d’entreprendre » est un argument fallacieux : les « travailleurs et travailleuses du sexe » comme elles et ils s’identifient ne sont pas « libres d’entreprendre » car elles et ils sont dans leur immense majorité des victimes de la traite, parfois même mineures, qui les contraint à se prostituer et/ou des personnes victimes de violences. Les proxénètes exploitent la vulnérabilité de femmes en situation précaire ou déstabilisées. FDFA s’inquiète que des sites de prostitution de personnes handicapées se développent sur Internet. Parler de métier est un abus ; vendre des « services sexuels » n’est pas une profession : il n’y a ni formation, ni progression de carrière… Qui proposerait cet « emploi » à une ou un jeune ?

Le groupe Abolition, dont FDFA fait partie, lance une campagne de communication pour s’opposer à la QPC :

Dans l’Obs du 14 janvier, la tribune des anciennes et anciens ministres, dont Jean-Marc Ayrault

Dans le Parisien du 13 janvier, la lettre des associations au Premier Ministre. FDFA l’a signée.

Tribune de médecins dans le Monde du 9 janvier 2019

Communiqué de presse du Collectif Abolition du 20 décembre

Communiqué de presse de FDFA

claire devant le Conseil constitutionnelolivier ce n'est pas la loi qui tue, ce sont les clientsblandine : n'abrogez pasalain piot avec le panneau les femems ne sont pas une marchandise

isabelle avec le corps des femmes n'est pas à vendremarie avec le corps des femems n'est pas à vendre

 

Communiqué de presse de la CLEF

Voir le Communiqué de presse du Mouvement du Nid

 

 

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Objectifs de l’association

L'association FDFA réunit des Femmes et des Hommes en situation de handicap quelle que soit leur singularité. Son but lutter contre la double discrimination d'être femme et handicapée. Son objectif : crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d'être "handicapées".

Ce site a été réalisé avec le financement du Conseil régional d'Ile de France et de la Fondation MAAF Assurances logo ile de france Logo FondationMAAF