FDFA

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Loi du 13 avril 2016 contre le système prostitutionnel, 2 ans après

  • claire desaint
  • 25 juin 2018

La loi contre le système prostitutionnel et pour l’accompagnement des personnes prostituées a 2 ans. Un bilan devait être fait par le gouvernement à l’occasion de cet anniversaire, il a été annoncé « avant l’été ». Autant que je sache, au moment où j’écris en ces premiers jours d’été, nous n’avons encore rien reçu…

Par contre nombre de supports de presse, d’organisations en tous genres ont fait leur propre bilan. Hélas, rien de nouveau sous le soleil, ces mini-bilans ne font en général que répéter les positions des intéressés avant le vote de la loi. Promenons-nous un peu :

Évidemment, les plus engagé.e.s nous livrent des analyses sérieuses, documentées et équilibrées. C’est le cas de la revue du Mouvement du Nid, « Prostitution et société » au dernier trimestre 2017 et au premier de 2018. Elle relaie le collectif d’associations « Abolition 2012 » (dont fait partie FDFA) ainsi : « Nous avons souligné la nécessité que l’application de la loi change d’échelle, soit homogène sur tous les territoires, et que l’exécutif affiche sa volonté politique d’une mise en œuvre effective ». Si on lit entre les lignes, on devine que, « là-haut », la volonté est quelque peu défaillante !

D’autres comme la Fondation SCELLES, le Haut Conseil à l’Egalité Femmes/Hommes, modérément optimistes, voient cependant des « débuts prometteurs ».

Les A.S.H. (Actualités Sociales Hebdomadaires) parlent d’ « un bilan mitigé », ce qui n’est pas vraiment original, alors que L’Humanité déplore « une loi trop faible et des associations divisées ».

Pendant ce temps, « Osez le Féminisme », plus militante, appelle à la mobilisation.

Mais peut-être plus tristement instructifs sont les bilans des opposants de toujours, qui répètent les mêmes griefs qu’avant le 13 avril 2016. C’est Médecins du Monde, toujours et encore plus hostile qui dénonce « la loi qui met en danger » et dont le bilan est « catastrophique ». La revue « Respect Mag » reprend à son compte ce catastrophisme inébranlable.

« Journalisme et santé publique » par la plume de Jean-Yves Nau nous assène « un bilan accablant ». Le mouvement anti-Sida « Aides » publie un rapport très négatif sur les 2 ans de la loi.

Je n’ai pas l’intention d’être exhaustif, j’observe les têtes de pont qui s’imposent au lecteur sur Internet. Visiblement, je le répète, ces bilans la plupart du temps hâtifs, sont la répétition de positions de principe entendues mille fois au cours de la discussion de la loi de 2016, jusqu’à la séance finale (aux rangs clairsemés) à l’Assemblée Nationale.

On peut penser que l’opinion que l’on pourrait qualifier de « populiste » prend une fois de plus le dessus, même sous des déguisements très sérieux, scientifiques, moralisateurs, sociologiques etc. J’ai gardé pour la fin quelques citations de lecteurs du « Parisien » faisant suite à un article sur « un bilan très mitigé » de la loi. J’ai même conservé les fautes… de frappe ?

« Je crois qu’il y a une chose que beaucoup de femmes (voire d’hommes ) n’ont toujours pas compris , c’est que la sexualité des hommes diffère de celle des femmes . Et qu’il y a des moments où tous les hommes n’ont pas forcément une femelle pour les satisfaire ».

« Ça dérange qui qu’il y est des prostituées si elles font ce métier elles ne dérangent personnes et fond du bien et empêchent certaines personnes de s en prendre à des mères de familles par manque de relation etc . »

« Les associations peuvent essayer tout les moyens possibles au monde mais ils mettrons jamais mais jamais fin au plus vieux métier des monde,au contraire par leur sectarisme ils mets des milliers de ces femmes en danger puisque maintenant tout ce passe dans le secret avec leur conséquence par les réseaux sociaux. »

Quoi de nouveau sous le soleil… après 2 ans ou 2 millions d’années ?

Alain Piot (auteur de « La caissière et la putain », L’Harmattan

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Objectifs de l’association

L'association FDFA réunit des Femmes et des Hommes en situation de handicap quelle que soit leur singularité. Son but lutter contre la double discrimination d'être femme et handicapée. Son objectif : crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d'être "handicapées".

Ce site a été réalisé avec le financement du Conseil régional d'Ile de France et de la Fondation MAAF Assurances logo ile de france Logo FondationMAAF