FDFA

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir

Femmes handicapées, citoyennes avant tout !

Défenseur de quelle égalité ?

  • claire desaint
  • 16 octobre 2014

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir s’élève contre la nomination, au poste de délégué au Défenseur des droits chargé de l’égalité, d’un homme défendant et soutenant la prostitution.

Le 26 septembre 2014, Jacques Toubon, Défenseur des droits – autorité constitutionnelle indépendante – nomme une nouvelle déléguée à l’égalité. Une femme ? comme nous aurions pu le penser pour défendre l’égalité femmes-hommes ? Non, c’est un homme, Patrick Gohet, qui est choisi pour succéder à Maryvonne Lyazid afin de lutter contre les discriminations et promouvoir l’égalité.

Or cet homme milite pour affaiblir les lois contre le proxénétisme et pour transformer la prostitution en « service à la personne ».

Quand Patrick Gohet était président du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), il avait déclaré :
« Le moment venu, je me prononcerai très officiellement sur l’assistance sexuelle. Avoir décidé que le CNCPH devait l’inscrire dans son programme me paraît déjà significatif. » (source : Association des Paralysés de France http://presse.blogs.apf.asso.fr/archive/2011/01/26/assistance-sexuelle-oser-passer-a-l-acte-le-dossier-du-mois.html)

Dans le rapport du CNCPH  (2010, p. 61), on peut lire qu’il « convient d’étudier la possibilité de recourir à des prestations tarifées de nature sexuelle, [et de] prévoir une exception de nature législative aux dispositions pénales relatives au proxénétisme ».

L’assistance sexuelle est pourtant reconnue comme de la prostitution.

Le Conseil consultatif national d’éthique a rendu un avis en mars 2013 contre l’assistance sexuelle : «Il semble difficile d’admettre que l’aide sexuelle relève d’un droit […] assuré comme une obligation de la part de la société.»

Le recours à des « aidant-e-s sexuel-le-s » formé-e-s et rémunéré-e-s pose fondamentalement la question de la prostitution comme réponse à de soi-disant «besoins». On sait que la demande est essentiellement masculine et que la réponse serait essentiellement féminine. Mais même s’il s’agit d’aidants masculins, le problème demeure : celui de la marchandisation du corps, de la femme ou de l’homme. Il ne peut justifier un « ajustement » des lois sur le proxénétisme, alors que la France est engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes et le trafic des êtres humains. Et qu’une proposition de loi a été votée à l’Assemblée nationale en décembre 2013 pour lutter contre le système prostitutionnel. Proposition de loi qui doit être bientôt votée au Sénat.

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir a pris position et a écrit de nombreux articles depuis 2009 pour s’opposer à la marchandisation des corps, donc à l’assistance sexuelle.

Patrick Gohet, qui fait preuve d’une telle méconnaissance de ce que vivent des femmes dans la prostitution, est-il le mieux à même de défendre les droits des femmes ? Voyant dans cette nomination une prise de position opposée aux exigences de la défense des droits, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir vous demande de remplacer M. Gohet par une personne réellement impliquée dans la promotion de l’égalité et qui a fait montre de son engagement.

Il n’en manque pas en France !

Voir l’ Article : Halte à un nouveau ghetto

*Réponse à Marcel Nuss janvier 2013 suite à l’article de Libération du 4 janvier 2013

* AIDANTS SEXUELS, article de Maudy Piot dans Libération du 24 mai 2011. Découvrez l’article et les commentaires.

Avis du CCNE

Voir l’article de l’association Zéromacho contre cette nomination

 

Aimeriez-vous apporter un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Objectifs de l’association

L'association FDFA réunit des Femmes et des Hommes en situation de handicap quelle que soit leur singularité. Son but lutter contre la double discrimination d'être femme et handicapée. Son objectif : crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d'être "handicapées".

Ce site a été réalisé avec le financement du Conseil régional d'Ile de France et de la Fondation MAAF Assurances logo ile de france Logo FondationMAAF